Blog

Last Tweets

2010-03-21  08:17:22
Partir en soirée sans carte bancaire, c'est BIEN ; ne pas garder 5€ en réserve pour le retour en taxi, c'est MAL (aux pieds).
2010-03-19  20:15;09
Ha, en fait 35h/semaine c'est un mi-temps, c'est ça?
2010-03-12 19:51:02
Le club de sport ferme à 22h? On peut y faire une pré-chauffe ou pas?
2010-03-06 11:32:18
Youhou! C'est mon anniv! Bon, maintenant, il faut revenir à la maison!
+ de Tweets?

Tweets arrchivés depuis le 24/01/10

Continuez à voter pour gagner (peut-être) une bouteille de vodka!
Flol en Pologne 2010
Résultats du concours Patates=Vodka! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Flol   
Mercredi, 03 Novembre 2010 21:54

Bonsoir à tous!

Cet article tardif sera le dernier du blog, et pour cause : je suis revenu de Pologne depuis plus de 3 mois! Seul problème pour terminer mon concours "Patates=vodka" : la feuille était perdue dans mes affaires de voyage. Imaginez un peu ce petit carré de papier, qui a trainé sur mon frigo pendant 6 mois, et sur lequel j'ai consciencieusement noté ma consommation de féculents...perdu!

Heureusement, dans mon grand nettoyage d'automne, je viens de retrouver ce bout de papier qui contient les chiffres magiques! Je vais donc pouvoir procéder à la distribution des deux bouteilles de Vodka mises en jeux.

Je rappelle succinctement quelles étaient les règles du jeux : vous deviez estimer combien de kilos de féculent j'allais manger pendant mes 6 mois en Pologne. Celui qui est le plus proche du nombre exact remporte une bouteille de très bonne vodka polonaise. Mais ATTENTION : tous ceux qui me sous-estimeraient seraient éliminés d'office.

Dans mon infinie bonté, je vous avais donné 2 chances de gagner une bouteilles, avec 2 catégories de votes :

- Estimation de ma consommation de patates

- Estimation du Super-Combo : Patates+riz+pates+muesli

 

Les joueurs

Vous avez été 17 joueurs à tenter votre chance! Vous avez donc 2 chances sur 17 de repartir avec au moins une bouteille! Mais seulement si vous avez été bons!

Merci donc à  : Adri, M. Potier, le coloc à tétard, Virg', Frenchy, Dub, Sim le couz', Vincent M, Hélène, Vincent, keki, Matou, Sandrien, Estelle-méjeveuxpadevodka!, Chachou, Mr Bacus, Beber. (c'était vos pseudos)

Petite dédicace à Artémisia, qui m'a laissé un petit mot dans le questionnaire : un(e) inconnu(e) qui est tombé sur mon blog en cherchant sur google la langue la plus dure du monde. Ça ne s'invente pas comme anecdote!

Le moment est donc venu de voir quels ont été vos estimations!!

 

Résultat de la catégorie PATATES!

Pour respecter scrupuleusement les règles, voici le Hall of SHAME de ceux qui ont osé sous-estimer ma consommation de patates, dans l'ordre du plus soumis au moins soumis : Mr Potier, Adri, Hélène, Frenchy, le coloc à tétard, Virg'. Toutes ces personnes, ont évalué ma consommation de patate entre 13,5 et 27 Kg. Bouh!!

→Le juste poids était de 27,5 Kg !

C'est donc Dub qui remporte la première bouteille de Vodka! (Dub, ta bouteille t'attends dans ta chambre. A moins que tu m'en aies déjà piqué une dans la cave?!? Sale cafardeuse va!)

Respect à tous les autres, qui m'ont cru capable du meilleur : Vincent M, Sim le couz', Sandrien, Vincent mec d'Hélène, keki, Beber, Estelle-méjeveuxpadevodka!, Matou, Chachou, Mr Bacus.

Petite info : je suis resté 22 semaines sur place, ce qui représente une moyenne de 1,25 Kg par semaine. Bien mais pas top. Heureusement que le SuperCombo relève le niveau!

 

Résultat de la Catégorie Super-Combo

Là, on ne rigole plus! Et encore une fois, je me vois dans l'obligation de flageller ceux qui sous-estimé ma puissance stomacale. Vous avez été moins "petit-bras" dans cette catégorie, et seulement 4 personnes sont éliminées d'office : Adri, le coloc' à tétard, Mr Potier, Virg'. Honte à eux d'avoir cru que le combo serait inférieur à 41 Kg....

La deuxième bouteille revient donc à .... Frenchy! pour une estimation à 50kg, alors que le Super-Combo s'est élevé à 49,67Kg!

Mega restekp à ceux qui ont majoré le poids : Dub, Sim le couz', VincentM, Hélène, Vincent Mec d'Hélène, Keki, Matou, Sandrien, Béber, Estelle-méjeveuxpadevodka!, Chachou, Mr Bacus

 

Dédicaces

- Désolé Virg' : t'es tombé toute proche 2 fois de suite, t'étais même la plus proche sur les patates...mais la soumissions, c'est la soumission!

- Bravo le couple de drogés "Hélène/mec d'Hélène"! Ils jouent en couple pour être sûrs de se pinter à la maison! (Les soirées chez vous c'était quand même l'éclate!)

- Kéki →t'es qui?

- Le coloc à tétard : pourquoi tétard il a pas joué?

- Adri : Explique-moi comment je peux manger moins de "SuperCombo" que de "Patates"? Je comprends décidément rien à la psychologie... ;-)

- Bacus : Hommage, hommage hommage. Je sais que tu m'as vu, une fois, avalé un saladier de pâtes gargantuesque. Ce jour là t'as eu le vertige en imaginant mon estomac, pas vrai? Bon, par contre avec des estimations à 2.1013 Kg et 9.1015 Kg, t'avais certainement pas envie de vodka. Et tu vois, ça m'inquiète beaucoup!!! T'AS CHANGÉ MON POTE!!!!! Pas de soucis, tu pourras te rattraper : viens me voir en Espagne et je t'offre une tournée royale, parce que t'as eu des cou***es sur ce quizz!

 

Détails des résultats : hors-ligne...il fallait venir plus tôt!

 

Et la suite?

Il parait que la suite va se jouer pendant 1 an en Espagne... Il y aura certainement un petit blog (moins enneigé j'espère!) et pourquoi d'autres concours?  Des seaux de paella, des litres de Mojitos....Je suis un peu "cliché" sur l'Espagne, alors j'attends vos idées de concours sur ma page FB : Prochain concours?

Lâchez-vous : les plus bonnes, c'est les plus connes! (les idées)

 
Varsovie, la belle haïe PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Flol   
Dimanche, 20 Juin 2010 14:43

Ce matin, encore un départ matinal : 6h debout, 7h en voiture pour Varsovie !

Mon séjour en Pologne n'aura décidément pas été une cure de sommeil. Entre la vie nocturne, les semaines chargées et les voyages, il ne reste que peu de temps au repos.

Le temps n'est pas vraiment à la fête : à peine 10°C et le ciel est plutôt menaçant...j'avais pourtant promis à mes deux compagnons de voyage une belle journée ensoleillée...

Un peu plus de trois heures plus tard, nous voilà largués en plein Varsovie : deux français au pied du musée de Culture ! (La collègue polonaise nous rejoindra plus tard).

 

Pendant le trajet aller, j'ai eu le temps de feuilleter le Guide du Routard : plus j'avance dans la lecture, plus je m'imagine une Varsovie de bric et de broc, reconstruite avec les moyens de l'après-guerre. La description de la vieille ville (Stare Miasto) est enthousiaste ; mais où est l'authenticité d'une ville reconstruite il y a 60 ans ?

Car il y a 60 ans, au lendemain de la seconde Guerre Mondiale, 90% de la ville est rasée. Les invasions nazies puis russes y sont pour quelque chose.

 

Mes doutes ne s'arrêtent pas à ma vision imaginaire de la ville : les quelques échos polonais que j'ai eu à propos de la ville ne sont pas plus emballant : pas belle, trop de monde, trop de voitures... Bref, une ville pas très agréable.

 

 

 

Tout cela ne fait qu'épaissir le mystère autour d'une capitale européenne où vivent tout de même 1,7 millions d'habitants. Voici quelques éclaircissements en photos :

 

 

Musée de la Culture. Largués au pied du musée de la Culture, nous sommes accueillis par l'écrasante architecture stalinienne. Symbole de la poigne de Moscou, ce bâtiment est resté, 55 ans plus tard, le bâtiment le plus haut de Pologne (230m).

Autour de nous, le contraste est total et le doute persiste : les tours de verre toisent des immeubles gris décharnés : l'ère capitaliste s'est empressée de prendre el relais du communisme ; mais reste-t-il une âme ancestrale dans cette cité ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La réponse se trouve quelques rue plus loin, en remontant l'avenue royale (Trakt Krolewskie ).

 

 


 

 

Coup de chance, nous tombons sur le cortège d'accueil de la commission européenne en visite à Varsovie : du soleil, des jeunes, de la musique...Varsovie nous accueille chaleureusement!

 

 

Arrivés au bout de l'avenue Royale, nous voilà au coeur de la vielle ville, au pied du palais présidentiel. Plus de doutes : l'esprit authentique de la ville est bien présent! Tout a été reconstruit à l'identique, et à première vue, rien ne trahi la reconstruction.

 

Varsovie, ville étouffante? Par un week-end ensoleillé de d'avril, nous avions l'impression d'être seuls dans la ville. En plein coeur de la ville, ils nous est même arrivé de chuchoter, pour ne pas troubler le silence!! Quel calme!

 

A 30 minutes du centre ville, les parcs et jardins de la résidence royale de Wilanów sont un véritable hâvre de verdure et de calme.

 

Aujourd'hui résidence des hôtes officiels, l'histoire du palais contient quelques anecdotes amusantes :

- Charles de Gaulle y a séjourné, et il a fallu construire un lit sur mesure pour l'accueillir.

- Les pelouses du jardin on été entièrement nettoyées du moindre cailloux pour que Richard Nixon puisse y faire sont footing matinal pieds nus.

- Depuis la visite de Fidel Castro, le palais dispose d'une table de Ping-Pong, passe-temps favoris du cubain.

 

C'est les pieds dans l'herbe grasse, au son d'une petite cascade que nous terminons notre visite de la capitale polonaise. Loin de mes craintes, c'est une ville dynamique et moderne que nous avons découverte. Au coeur de la vieille ville, je n'ai pas un instant douté de l'authenticité du lieu. À Varsovie comme dans beaucoup de lieux polonais, les époques s'entrechoquent tant l'histoire y est dense...


 
Lettre ouverte à Boubounia : Ma Pologne PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Flol   
Samedi, 22 Mai 2010 11:53

Première lettre après quatre mois dans ton pays de coeur : mon assiduité n'est vraiment pas à la hauteur de mon amitié. Et pourtant j'ai des choses à dire : mon stage, c'est six mois de travail, mais c'est surtout six mois d'immersion complète. D'ailleurs, avant chaque immersion, on retient un peu son souffle, par précaution : va-t-on supporter ? Suffoquer ? Asphyxier ? Se noyer ?
Non, depuis trois mois je respire en grand ; et tout en Pologne invite à se remplir les poumons pour peu qu'on ose prendre la première inspiration.

 

En fait la Pologne est une véritable « Terre du Milieu », tout droit sortie des descriptions de Tolkien. J'ai d'abord fait la découverte d'un immense pays plat et blanc jusqu'à l'horizon. Autour des champs, des lacs éparpillés par centaines ; et autour des lacs : des épaisses forêts de feuillus et des bosquets de résineux. En pénétrant chaque forêt, on se remet à croire à la magie : les rayons de soleil dispersés y laissent apparaître des formes étranges, l'humus fait flotter dans l'air une odeur lourde et âpre, tout droit sortie du chaudron d'un druide.

Depuis quelques semaines, comme en Comté, tout est vert : la campagne comme les forêts. Les sentiers forestiers reculés sentent la résine et l'herbe grasse. Tout donne l'impression de retrouver des espaces authentiques, qui ont traversés les temps sans subir les affres de l'Histoire des petits Hommes.

 

Et en terme d'Histoire, rares sont les pays qui ressemblent autant à cette « Terre du Milieu » de Tolkien. J'ai beau avoir été assidu en cours d'Histoire, ce n'est que sur place que l'on prend conscience de la réalité des péripéties polonaises. Enclume fière encerclée des trois marteaux Allemand, Austro-Hongrois et Russe, les souvenirs des cicatrices plus ou moins lointaines sont encore perceptibles dans les paysages, dans les souvenirs, dans les arts. Mais c'est toujours avec un détachement touchant que les polonais évoquent les tragédies de leur Histoire.

Quelle fierté d'avoir été capable de renaitre de ses cendres à chaque fois ! Même si aucun des polonais que j'ai rencontré ne porte Varsovie dans leur coeur, la ville n'en reste pas moins un symbole de résurrection. Après avoir été reconstruite à l'identique avec les décombres de la guerre, la vie grouillante et le bien-être qui se dégage de la « vielle ville » sont de véritables miracles.


La Pologne est « Terre du milieu » également pour le coeur médiéval qui continue de battre dans certaines villes. Impossible de ne pas s'imaginer gueux du Moyen-Age devant la Forteresse de Malbork, ou marin de la Baltique déambulant de taverne en taverne sur les bords de la Motława à Gdansk.

Et que dire de Cracovie ? Ville de lumières intellectuelles, qui partout fait l'apologie des arts, des sciences et imprégnée de multiples cultures. La musique est partout, depuis le haut de l'église Mariacki, jusque dans les moindres recoins des centaines de bars de la ville. Et que font tous ces gens avec des instruments de musique à la main ? Jusqu'au fond des galeries de sel de Wieliczka résonnent les orchestres de la ville.


La Pologne est aussi un pays sévère, exigeant, où les plaisirs se méritent : la potée de Zemniaki récompense celui qui a bravé les rudesses de l'hiver ou l'humidité du printemps ; partir à la découverte d'une ville se paie en (longues) heures de trajet et la Wodka récompense le dur labeur d'une semaine de travail. D'ailleurs, bien que chargée en alcool, la wodka locale désinhibe bien moins que la chaleur des bars où on la déguste na lodzie.

Et que dire de de la mine de sel de Wieliczka ? Véritable ville-musée souterraine, sanctuaire peuplé de personnages qui traversent les âges ; difficile de croire qu'elle n'a pas influencé l'imaginaire de Tolkien lorsqu'il a décrit les mines de la Moria.

Alors dans cet univers onirique, où placer les polonais ? Seraient-ils un peuple de tailleurs de pierre ? La carrure des hommes tend à le faire croire, mais leurs yeux clairs et leurs cheveux dorés trahissent une lignée d'elfes. Par la chaleur de leur accueil et leur tendance aux festivités, ils feraient de bons hobbits, sans aucun doute.

 

Mais la Pologne est bien réelle. Savant mélange d'une longue histoire aux ingrédients hétéroclites ; cuisine de racines historiques dont j'apprécie particulièrement l'authenticité du goût.

Après trois mois d'immersion, je comprends pourquoi six mois ne sont pas de trop pour faire connaissance avec le pays. Lorsque, dans un bureau parisien, un chargé de recrutement m'a proposé la Pologne, j'ai donné ma réponse en trois petites secondes, juste le temps de me rappeler ce que tu m'en avais dit. Donc si je suis ici depuis presque quatre mois, c'est beaucoup grâce à toi, et pour ça, Dziękuję.

 
Au pied de la lettre PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Flol   
Samedi, 22 Mai 2010 14:37

« Mais non, le polonais ce n'est pas compliqué! ». Bon, les polonais ont sûrement une idée différente de la complexité...Après 3 mois, je commence à peine à percuter quelques mots, et à comprendre les montants (de 0 à 100 złoty) ; le montant le plus facile à retenir, c'est « dwadzieścia osiem » : ça fait 4 vodkas.

Bref, le polonais ne s'apprend pas « les doigts dans le nez »! Et puisque l'on en parle : « trou d'nez » en polonais ça veut dire « difficile ». Quand je vous disait que c'était une autre notion de la complexité...

 

Pour qu'un mot polonais s'imprègne dans les neurones, il faut l'expérimenter :

La première fois que j'ai vu le mot [vèychtche], c'était sur une porte. Il n'y avait pas de panneaux d'interdiction, ni de tête de mort à côté...j'en ai déduit que ça avait un rapport avec « l'entrée / sortie ». Un peu plus tard, je vois le même [vèychtche] sur une sortie d'évacuation. Ni une, ni deux : ça veut dire « sortie »!

J'étais encore tout fier de ma puissante déduction lorsque j'ai découvert le fourbe [vèychtche] sur une porte qui ne pouvait être qu'une porte d'entrée!! Alors quoi?!? Ils n'ont qu'un seul mot pour « entrée » et « sortie »? Certes, il y a le concept de porte et de changement de pièce qui est commun aux deux mots français...mais c'est la porte ouverte aux ambiguïtés!

 

Très troublé par cette façon de penser, je me confie à ma collègue polonaise pour un éclairage sur la question. «

  • Comment tu dis « Entrée » et « Sortie » ?

  • [vèychtche] ; [vèychtche]

  • ....ok, c'est le même mot?

  • (sourire), mais non : [vèychtche] ; [vèychtche]

  • ...? Donc? La différence c'est ?...

 

Ça aurait pu durer longtemps, Google a mis fin au supplice : sortie = Wyjście, entrée = Wejście...et évidemment, le [y] se prononce [è]. Ma collègue a eu la patience de me répéter les deux mots une bonne dizaine de fois, impossible d'entendre la différence.

 

Morale : je souhaite à mes enfants d'avoir une mère polonaise :

  • d'abord pour eux : à chaque fois qu'ils auront un problème dans la vie, ils pourront se dire « ça peut pas être plus compliqué que le polonais ».

  • Et ensuite pour moi, parce que la maman sera forcément jolie...

 

(Je dédicace ce post à Fabrice (français), qui prend des cours de chinois en polonais : Complexité³)

 
Ingénieurs en improvisation PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Flol   
Mercredi, 19 Mai 2010 15:40

« On se fait une petite rando demain? » Fini le footing-torture dans le froid avec la douche chaude comme seul objectif en bout de piste. Maintenant que le printemps est bien installé, « l'extérieur » devient viable.

Ce dimanche matin, nous sommes trois stagiaires français devant l'usine Michelin : deux valeureux et une valeureuse capables de se lever à 7h du matin le dimanche. Le beau temps est au rendez-vous, c'est déjà motivant!

Tous en voiture! C'est parti pour....? On va où? On a repéré une petite forêt encerclées de lacs à 50km d'Olsztyn, mais personne n'a pensé à regarder comment accéder à la forêt. Un coup d'oeil sur la carte générale de la Pologne : on vise Szczytno. « Schtchch...quoi? » le nom est imprononçable, tant pis.

 

« Mais au fait, c'est dans quelle direction Szc...? »Aucune idée. On ne sait même pas comment sortir de la ville. C'est au Sud-Est sur la carte? Hop, un coup de boussole, et on tourne vers la route qui approche le plus le Sud-Est. 500M après, il faut faire demi-tour : la route ne va pas du tout dans notre direction....Encore un peu et on se retrouvait au Kaliningrad.

Finalement, on tombe sur la route de Szc... par un demi-coup de chance : c'est parti pour l'aventure!!

 

Nous arrivons à Szczytno une heure plus tard...juste le temps que chacun tente sa prononciation de la ville, et ensuite de se mettre d'accord sur une version. Mais sur place, nous nous apercevons que la forêt est quelques kilomètres plus loin, et nous n'avons pas de carte de randonnée pour attraper un sentier. Après un détour dans un hotel, le cuisinier nous explique en allemand où trouver (peut-être) des cartes. Finalement, nous achetons la carte le plus précise que nous trouvons : une carte routière générale de la Pologne. On va essayer de faire avec.

 

Un lac pas trop grand est repéré, avec un potentiel chemin qui fait (presque) le tour. On essaye ça: le tour du lac devrait faire 15-20km. La voiture est garée au hasard, et nous voilà à la recherche du point de départ du chemin. Après un premier cul-de-sac, nous tombons sur un chemin qui va dans le bon sens. Et il y a un balisage en plus! Nous nous enfonçons dans l'épaisse forêt, le lac n'est pas encore en vue, et il faut vérifier à la boussole que le chemin ne nous emmène pas dans la mauvaise direction.

Après deux heures de marche, nous nous rendons compte que le tour du lac fait probablement plus de 20km, peut-être 25km. Pas de souci, même en étant partis à 11h, nous devrions rentrer à la voiture avant la nuit.

Malgré quelques hésitations, le chemin balisé nous a bien emmené le long du lac, et nous dépassons bientôt la moitié du tour. Mais en traversant une ville, nous perdons le balisage qui semble continuer vers le Sud, alors que nous devons remonter vers le Nord. Nous voilà reparti dans l'inconnu. Le nouveau chemin suit une ligne électrique à travers la forêt, mais au fur et à mesure que nous avançons, nous remarquons que le chemin dévie de notre direction. Encore un virage à gauche? « C'est pas vrai, on est en train de tourner en rond! » On jette un oeil à la boussole : l'aiguille fait 2 tours complets et se stabilise timidement sur la mauvaise nouvelle : on tourne en rond. Rebrousser chemin? Pas question. De toute façon, on est sous une ligne electrique, donc la boussole n'est pas fiable : faisons confiance au chemin, il nous amènerai bien quelque part.

 

Finalement, ce sont plutôt des pêcheurs qui nous indiquent le chemin, après avoir tourné en rond quelques kilomètres.

 

2 heures plus tard, nous sommes de retour à la voiture, avec plus de 25km dans les jambes. Un miracle d'avoir si peu de kilomètres lorsqu'on randonne avec une carte routière et une boussole indécise!

 

Ces petites frayeurs d'orientation n'ont que prolongé le plaisir de la balade! Quelques clichés de « l'aventure » :

 

 

 

 

 
«DébutPréc1234SuivantFin»

JPAGE_CURRENT_OF_TOTAL
Copyright © 2018 Flol en Pologne 2010. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.